Un soir d’été

Deux âmes se touchant presque un soir d’été
Deux corps qui se couchent sur une plage chaude et mouillée
Jour après jour les miroirs mélancoliquement ternissent
Peu à peu les ardeurs de l’été finissent.

Âmes pas si sages accédant au Paradis
Inconsciente, mesquine et dangereuse jeunesse
Souvent sans sagesse accédant à l’ivresse
Dans cette folle course près d’un être endormi

Peu à peu, regards après regards ils s’unissent
Plus jamais ils veulent que cela ne finisse
Et pourtant au jour du dernier regard
Tout cela s’emprisonne dans leur mémoire.

Le douzième coup de minuit sonne il faut partir
Folle farandole déjà achevée
Baiser qui va couronner tous ces fous plaisirs

Tactiles, mais aussi comme on peut le croire
Visuels puisque cachés au fond de leur mémoire
Les images dansent encore et se bousculent
Inutile de revivre cette histoire qui recule.

2 Réponses à “Un soir d’été”

  1. Hilaricline Tonne dit :

    Bonjour Manon
    Je suis touchée par ces lectures. C’est très beau. Il faut proposer tout ça à un éditeur. On publie bien Pancol!!!

  2. manonjouanni dit :

    Merci beaucoup Hilaricline Tonne , Pancol lol joli clin d’oeil ;)

Laisser un commentaire